L’aéroport de Lukla (LUA)

La plus grosse difficulté du trek a été d’atterrir à l’aéroport de Lukla, réputé pour être l’aéroport le plus dangereux du monde !

IMG_8701

Après un réveil à 5h30 et un petit-déjeuner pris en vitesse, je me dirige avec Ganesh (l’un des deux guides : avec un tel prénom, je pense qu’on ne risque rien) vers l’aéroport de Kathmandu, au terminal des vols domestiques cette fois. C’est assez « marrant » : poussiéreux, plein de marchandises, une sécurité complètement inefficace (mais existante), des compagnies aux noms de Yeti Airlines ou Buddha Air, des bakchichs pour les excédents de poids de bagages, un beau désordre… Le terminal des vols internationaux est très rustique mais là c’est encore plus folklorique.

Normalement je suis la seule du groupe dans le vol de 7h45 mais Ganesh va essayer de prendre l’avion avec moi. Le reste du groupe doit partir par le vol de 8h30 et ne va pas tarder à arriver. Il s’agit de Dawa (l’autre guide) et de cinq sympathiques croates (avec l’accent du patron de l’agence j’avais compris Costa Rica au lieu de Croatia  pour ceux qui avaient suivi ahah) avec qui j’ai dîné la veille. Il y a cinq petits avions par vague de départ. La vague de 7h est partie, et la vague de 7h45 aussi, sans moi car Ganesh s’est arrangé pour que je parte dans la même vague que le reste du groupe, mais dans un autre avion. Ensuite les conditions météo se sont dégradées et pour rejoindre l’aéroport le plus dangereux du monde, Tara Air ne lésine pas sur la sécurité. En fin de matinée sous une pluie battante, on embarque. Finalement je suis la seule du groupe dans le petit avion (16 personnes y compris hôtesse, pilote et co-pilote) où chaque passager est à la fois côté couloir et côté fenêtre ! L’avion du reste du groupe fait un petit tour de piste, le mien ne bouge pas et trente minutes plus tard on se retrouve tous… dans le terminal de l’aéroport de Kathmandu.

Ensuite, on attend, en écoutant les annulations de tous les vols suivant les nôtres. Vers 15h30, on embarque à nouveau, avec un rayon de soleil. C’est parti pour 35 minutes de vol ! J’avoue que je n’étais pas super rassurée mais le fait de discuter un peu avec deux chinois qui vont faire le même tour que moi ça m’a détendue, un peu. C’était assez impressionnant : j’étais juste derrière le co-pilote avec vue sur le pilote et la cabine, il y avait quand même quelques nuages, et la vision de la piste avant l’atterrissage… waouh !!! Finalement, tout s’est bien passé, y compris l’atterrissage en douceur, suivi d’une vague d’applaudissements.

Je récupère mon sac et ceux de Ganesh, qui étaient dans mon avion. J’étais dans le deuxième avion et je devais donc attendre les autres « see you in Lukla, maybe ». Maybe not. Un troisième avion arrive rapidement puis on en voit deux qui tournent et n’atterrissent pas du premier coup !! Le quatrième se pose enfin mais c’est un avion d’une autre compagnie aérienne. Le cinquième et dernier, celui du groupe, a dû faire demi-tour et rentrer à Kathmandu car… il était trop tard, c’est à dire que l’heure limite d’atterrissage était dépassée !! Pas mieux que les grèves d’Air France. C’est fou, ils étaient juste là ! Bref, juste avant j’avais fait la connaissance de mon porteur, Chakra, qui est venu me chercher avec un petit bout de papier sur lequel il avait soigneusement inscrit mon nom et le nom de l’agence. Il m’a emmenée à la lodge où je vais donc passer la nuit en attendant le reste du groupe qui devrait arriver le lendemain par le premier vol, si tout va bien.

Comme j’avais sauté le déjeuner (quasi rien à l’aéroport, forcément), j’avais un peu faim et après un petit tour de Lukla avant la nuit qui s’est terminé sous la pluie, je déguste un dal bhat à la lodge puis vais me coucher à 19h45 puisque la lumière de ma chambre ne marchait pas. Ma meilleure nuit depuis longtemps !! Et j’étais bien contente de me faire réveiller vers 6h15 par … le bruit des avions !! Pas de douche, et vite vite petit-déjeuner (je ne voudrais pas que mon groupe m’attende) en regardant les avions repartir en cette belle matinée. C’est assez spectaculaire : les avions utilisent la même piste, dans l’autre sens évidemment afin de profiter de la descente. Ensuite, l’avion doit à la fois tourner vers la gauche et prendre de l’altitude super rapidement pour éviter les montagnes environnantes. On peut se demander comment on a bien pu construire un aéroport ici mais finalement c’était sans doute le meilleur endroit pour en faire un.

Après être restée un bon moment à l’auberge avec un guide qui attendait son groupe (on jouait à deviner la compagnie aérienne à chaque fois qu’un avion se présentait sur la piste d’atterrissage), je me dirige vers l’aéroport et puisqu’il n’y a qu’un seul chemin je suis sûre de ne pas rater mon groupe. Dans l’un des nombreux avions qui sont arrivés je vois les deux autrichiens qui étaient dans le même avion que mon groupe la veille, mais sans mon groupe cette fois. Je les avais effectivement loupés car ils sont arrivés en même temps (vers dix heures) en … hélicoptère !!! Ça avait l’air trop cool. On était super contents de se retrouver et d’enfin démarrer notre randonnée ! Depuis le Cambodge et mon week-end à Kep-sur-Mer, je n’avais pas vraiment marché à proprement parler et ça fait du bien de se dégourdir les gambettes.

Pour le retour, après trois jours de descente avec Chakra (j’ai en effet quitté mes compagnons qui vont gravir le Lobuche Peak), je me retrouve donc à passer une dernière nuit à Lukla (bonne surprise : Chakra me prend une chambre « ensuite » avec douche tiède !) avant de décoller le lendemain par le tout premier avion à 7 heures. Chakra avait reconfirmé mon vol et me raccompagne à l’aéroport, où je revois mes deux chinois qui sont allés au même endroit mais par un chemin plus court car ils ont eu quelques problèmes d’acclimatation. On discute, je vais aux toilettes, j’entends les avions arriver et j’ai failli rater l’avion numéro 1: l’avion numéro 2 embarque et ils me font traverser le parking en courant pour que j’aille le plus vite possible dans mon avion qui n’attendait que moi pour décoller avec vingt minutes d’avance. Evidemment puisqu’on n’a pas besoin de pièce d’identité pour prendre ces avions, il n’y a pas d’annonce de nom du passager (d’ailleurs il n’y a pas d’annonces tout court car pas de haut-parleur). A peine le temps d’attacher ma ceinture que l’avion s’élance dans la descente et je suis soulagée qu’il décolle de lui même quelques mètres avant la fin de la piste. En effet, la piste se termine dans le vide afin de « lancer » l’avion s’il n’a pas le temps de décoller à temps. Après 30 minutes de vol, je retrouve le patron de l’agence, Sonam, qui est venu me chercher à l’aéroport de Kathmandu. C’est chouette aussi quand tout est bien organisé par les autres !!!

L’aéroport de Lukla était une grosse appréhension, mais en fait c’était une chouette expérience de prendre ces petits avions !

Les photos sont sur Flickr

Publicités

A propos émilie

En juillet 2014, je pars en congé sabbatique pour apprendre le taichi en Chine et voyager en Asie et depuis, j'écris ce blog pour donner des nouvelles à ceux que ça intéresse : la famille, les amis, les collègues...
Cet article a été publié dans Népal, transport, trek. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’aéroport de Lukla (LUA)

  1. Jean-Luc dit :

    Merci pour cet excellent reportage, c’est comme ci on y était

  2. vgranier dit :

    Oui oui merci merci, j’adore voyager avec toi Emilie !
    En ce qui me concerne j’ai fait deux aéroports à mauvaise réputation dans la même journée : Goma (dont le bout de la piste est recouvert par la lave du volcan le plus proche) et Kisangani. Ils prennent même plus la peine d’enlever les carcasses des avions crashés, c’est assez impressionnant.
    http://www.dailymail.co.uk/news/article-2726099/Abandoned-Goma-airport-Democratic-Republic-Congo-transformed-ideal-playground.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s